Police � Cheval du Nord-Ouest - Une tradition en rouge �carlate   Anglais Accueil Plan Du Site Liens Commentaires Ressources
Pour voir davantage du Mus�e virtuel du Canada / See more of the Virtual Museum of Canada
 
Histoire des postes majeurs
Page pr�c�dente
 
Prochaine page


Lethbridge

De 1874 à 1882, des patrouilles couvrent la région allant de Fort Macleod à Lethbridge. En 1883, dans le but de barrer l’accès à la chute, un poste éloigné est établi près de la mine dans la vallée de la rivière. Ce n’est qu’en 1885 que le caporal Eli Hodder et cinq de ses hommes de la Troupe C emménagent à Lethbridge de façon permanente.

L’année suivante, Lethbridge vit de nombreux changements. Les hommes se retirent du commerce de la viande et déménagent dans une maison de pension appartenant à la compagnie North Western Coal and Navigation. L’inspecteur Joseph Howe et six autres hommes vivent en pension avant d’être réassignés, deux mois plus tard, à Battleford.

L’inspecteur P. R. Neale prend vite sa place parmi les hommes de la Troupe H. Dans un nouveau redéploiement, Neale retourne au Fort Macleod avec la Troupe H. L’inspecteur H. D. Likely et 21 hommes de la Troupe D remplacent bientôt Nealy et sa troupe à Lethbridge. Vers la fin de 1886, Lethbridge comprend autant d’hommes que le Fort Macleod, c’est-à-dire 100 hommes. La ville est devenue le quartier général de la région.

À l'automne de cette année-là, quatorze acres sont arpentés en vue de la construction des nouvelles casernes de la police. Ces casernes comprennent : les quartiers des hommes, un poste de garde, des habitations d’officiers, des écuries, un atelier de forge, une réserve, une chambre froide et un enclos. Le plan était de placer de façon permanente dans ce poste 60 hommes avec leurs chevaux.

La PCN-O est tenue occupée par le trafic de l’alcool, les cas d’ébriété, les cas de mauvaise conduite, les vols de chevaux et de bétail. En 1894, les hommes sont aussi responsables de percevoir les taxes, de capturer les chiens errants en plus de distribuer des permis et de percevoir les frais qui y sont rattachés.

Quand Lethbridge vote en faveur de l’établissement d’une force de police autonome, en 1902, la PCN-O retourne à ses tâches normales. De quartiers généraux, les postes de la PCN-O de la région deviennent les centres de patrouille d’une grande étendue limitée à l’est par Médecin Hat, à l’ouest par la rivière St-Mary, au sud par les frontières américaines, puis au nord par la ville de Nanton.

P19891~1.jpg

P19760~2.jpg

P19760~1.jpg

P19640~1.jpg
 
Page pr�c�dente
Dessus de page
Prochaine page

 

 

 

 

4. Fondation de la Force


Quotidien et routine aux postes de traite
Développement des communautés autour des postes de la Police à cheval du Nord-Ouest

4.3 - Évolution des uniformes et des accoutrements


4.5 - Peuple des Premières Nations et la Signature des traités