Police � Cheval du Nord-Ouest - Une tradition en rouge �carlate   Anglais Accueil Plan Du Site Liens Commentaires Ressources
Pour voir davantage du Mus�e virtuel du Canada / See more of the Virtual Museum of Canada
 
Histoire des postes majeurs
Page pr�c�dente
 
Prochaine page


Fort Pelly/Swan River Barracks

En octobre, lorsqu’il arrive aux casernes de Swan River, non loin de Fort Pelly, le commissaire French est scandalisé. Le gouvernement a décidé que le quartier général sera dorénavant installé à Swan River au lieu de Fort Ellice. Ce changement signifie cependant que la construction ne commence qu'en septembre suivant. Quand la Force arrive, des édifices sont partiellement construits. Le commissaire laisse sur place un petit groupe d’hommes et repart avec le reste des hommes.

Non seulement les édifices sont inadéquats, mais le détachement se situe sur une colline formée de rochers et balayée par le vent. Des hommes sont assignés à casser la pierre afin de dégager un espace destiné aux édifices et aux parades. D’autres hommes reçoivent l’ordre de couper du foin pour les chevaux et les boeufs. Les hommes traversent un hiver très froid. Le vent souffle dans les bâtiments à travers les longues fentes laissées entre les bûches de bois encore vert. La majorité des chevaux et des boeufs meurent des efforts donnés au cours de l’été précédent additionnés de cet hiver sans grande nourriture. Quand le printemps revient, les hommes découvrent que leur poste a été établi sur un lieu d’hibernation de serpents : les serpents réveillés rampent partout!

Les hommes étaient arrivés aux nouvelles casernes vêtus d’uniformes en lambeaux ou de n’importe lesquels des vêtements qu’ils avaient pu acheter au cours du trajet. Fred Bagley décrit ce nouvel unifome : «L’uniforme présent du trompettiste Fred A. Bagley de la Police à Cheval du Nord-Ouest consiste en un vulgaire chandail rouge, de pantalons en peau de taupe, de chaussures de marche assorties de longs bas, le tout orné d’un sordide chapeau, mille fois trop grand pour lui. Toute trace d’honneur a disparu.»

L’honneur s’en va encore plus quand le commissaire French retourne sur les lieux afin d’inspecter les hommes l’été suivant. «Le 7 juillet 1875, parade générale de la Troupe E pour inspection par le colonel French. Pour cet événement important, les hommes enfilent leurs plus beaux vêtements. Ces vêtements consistent en un manteau et des pantalons en peau, le tout en lambeaux; un large casque en fourrure de renard, la queue de la bête pendant derrière la tête des hommes qui en sont coiffés. Finalement, ça et là, à travers les rangs, les restants de l’uniforme rouge écarlate apparaît parfois.»

Le colonel French arrive à cheval sur le terrain de la parade. Il s’arrête près de celui qui semble être le chef de cette bande de brigands et s’informe : «Qu’est-ce que c’est que cela, capitaine Carvell?» l’homme lui répond : «Ma troupe, Sir, paradant pour vous tel que commandé.» Le colonel dirige vers Carvell un regard furieux accompagné d’un au revoir précipité avant de faire demi-tour et de disparaître.»

Les casernes de Swan demeurent un qartier général usqu’en 1876. En dépit d’offrir l’accès immédiat à la voie ferrée et de se trouver sur la route du télégraphe, le poste est trop loin des autres postes et du coeur de l’action.


Casernes de Swan : froides, remplies de courant d’air et infestées de serpents
Casernes de Swan : froides, remplies de courant d’air et infestées de serpents.



Une patrouille dans les prairies.
 
Page pr�c�dente
Dessus de page
Prochaine page

 

 

 

 

4. Fondation de la Force


Quotidien et routine aux postes de traite
Développement des communautés autour des postes de la Police à cheval du Nord-Ouest

4.3 - Évolution des uniformes et des accoutrements


4.5 - Peuple des Premières Nations et la Signature des traités