Police � Cheval du Nord-Ouest - Une tradition en rouge �carlate   Anglais Accueil Plan Du Site Liens Commentaires Ressources
Pour voir davantage du Mus�e virtuel du Canada / See more of the Virtual Museum of Canada
1. Introduction2. Naissanance d'une force polici�re3. La Marche vers l'Quest4. Fondation de la Force5. Le Chemin de fer et la R�bellion6. Le Croissance de la Force7. Fondation d'une force de police nationale8. Biographies
 
De Roche Perc�e jusqu'� Sweetgrass Hills
Page pr�c�dente
 
Prochaine page

Nous avons à peine couvert le quart de la distance de notre trajet vers le Fort Whoop-Up, et ce sur sentiers autorisés, quand nous recevons le nouvel ordre d’attaquer le nord de la frontière. Nous nous enfonçons alors dans des terres inconnues aussi bien par nos hommes que par nos guides métis. Se laissant guider par une carte désuète et imprécise, une boussole et les étoiles, le commissaire French et l’inspecteur adjoint Walker avancent pas à pas vers leur but.

Bien qu’ils ne se soient jamais égarés, les hommes n’arriveront pas à planifier une meilleure route. Ils marchent péniblement, montant et descendant les plaines. Ils ne peuvent jamais prévoir où trouver de l’eau. Plusieurs lacs et marécages qu’ils croisent en cours de route sont soit souillés par les bisons, soit alcalinisés. Souvent, hommes et animaux sont si assoiffés qu’ils boivent tout de même cette eau qui les conduit vers de grandes souffrances en peu de temps.

Certains jours semblent meilleurs que d’autres. Un lac d’eau pure signifie une journée de repos, une chance de laver ses vêtements et l’occasion de prendre un bain. Dans les jours meilleurs, les tireurs d’élite tuent des canards ou des oies sauvages; un changement des plus appréciés dans notre diète composée de biscuits secs, de bacon et de thé! Les hommes sont profondément reconnaissants le jour où le commissaire adjoint Macleod apparaît avec 4 700 livres de pemmican acheté au dépôt du mont Wood.

En général, les hommes se lèvent tôt. Ils chargent les chariots de leurs tentes et couvertures, brossent et sellent les chevaux, puis montent à cheval pour parcourir une distance de dix à douze milles avant de s’arrêter déjeuner. Les déjeuners sont presque exclusivement des «23», un surnom donné au repas composé uniquement de thé; ou des «Wet and Dry», un repas comprenant du thé ou de l’eau accompagné d’un biscuit sec ou d’un biscuit de mer. Le thé, bien sûr, ne peut être consommé que lorsque les hommes trouvent du bois. Dans les prairies, ce sont des morceaux de bison séché que l'on rammasse pour faire brûler. Les jours de pluie, il n’y a pas de repas chaud.

Le 18 août, le commissaire French fonde son Camp des infirmes. Sept hommes malades, 26 chevaux et plusieurs bovins sont laissés derrière sous la surveillance du sergent Sutherland. Ces hommes demeureront là jusqu’au retour de la Force en automne, après sa marche au Manitoba.

Une semaine plus tard, la Force atteint les limites de Cypress Hills. Là, les hommes attendent que le commissaire adjoint Macleod ne revienne du dépôt de la rivière White Mud chargé d’avoine pour les chevaux. Ce jour là, les hommes mangent leur dernière ration de bacon.

Après une marche de 600 miles, des fusils sont mis à la disposition des hommes lorsqu’ils rencontrent leurs premiers bisons. Les hommes savourent ce festin de viande fraîche.

Les chevaux ne sont pas aussi chanceux. Les bisons ont mangé toute l’herbe et l’avoine vient à manquer. Avec la venue de septembre, la température se refroidit et il pleut. Marchant déjà de peine et de misère, la majorité des chevaux meurent. Certains ne peuvent plus marcher que quelques heures avant de devoir se reposer. Le commissaire ordonne à chacun d’utiliser une de ses deux couvertures pour couvrir son cheval.

La force éprouve des difficultés : la nourriture se fait rare, les hommes et les chevaux épuisés doivent affronter le froid. Environ quarante chevaux sont déjà morts. Les hommes marchent avec ce qu’il leur reste de bottes; certains enroulent des lambeaux de tissu autour de leurs pieds, un homme porte même ses pantoufles!

French envoie des éclaireurs à la recherche du Fort Whoop-Up. Trois cabanes de bois abandonnées, voilà ce qu’ils y trouvent. Même les renseignements que French possédait à propos de l’emplacement du fort s’avéraient faux. French décide donc de poursuivre vers Sweetgrass Hills. Faisant maintenant face à la neige, la force prend un temps d’arrêt et dresse un campement près de West Butte.

Le commissaire French doit encore une fois prendre une importante décision. Il décide de faire demi-tour avec les Troupes D et E afin de les reconduire dans les quartiers d’hiver de Fort Ellice. Les Troupes B, C, F et quelques hommes de la Troupe A demeurés avec le peloton principal continuent leur chemin vers le Fort Whoop-Up, sous la supervision du commissaire adjoint Macleod. Les chevaux sont examinés et les plus forts sont envoyés avec les Troupes D et E. Sous la direction de l’inspecteur Carvell, ces deux troupes débutent tranquillement leur trajet vers l’est, à destination du lac Wild Horse. Là, ils retrouvent le commissaire French qui, faisant un détour au Fort Benton, au Montana, ramène les provisions nécessaires au voyage.

Un regard en direction de l’ouest, à travers les plaines du pays du Coteau
Un regard en direction de l’ouest, à travers les plaines du pays du Coteau.








La viande fraîche était toujours bienvenue
La viande fraîche était toujours bienvenue.












Chasse au bison
Chasse au bison.







Manteau de fourrure de bison
Manteau de fourrure de bison

 
Page pr�c�dente
Dessus de page
Prochaine page

 

 

 

 

3. La Marche vers l'Ouest